• Briana Bălănescu, 9F

Madame Bovary - Gustave Flaubert


Comme tous les véritables, comme tous les grands artistes du monde, Flaubert était obsédé par la perfection de son travail, par la perfection du style. Né à Rouen en 1821, il vient, à l’âge de 18 ans, à Paris où il étudie le droit. Mais, ennuyé par ses études, il décide brusquement de se consacrer à la littérature.


Gustave Flaubert a été l’un des grandes écrivains réalistes français du XIXe siècle. Bien que romantique par tempérament et par éducation, Flaubert est réaliste: selon lui le roman doit être un tableau vif qui reflète minutieusement la vie, une sorte d’enquête, de document sur la vie et les mœurs de la société, une image objective de la réalité. Son chef-d’œuvre « Madame Bovary » reste, de ce point de vue, la Bible du roman réaliste. « Madame Bovary » édité en 1857 lui apporte la célébrité. Emma Bovary, le personnage le plus extraordinaire crée par Flaubert, Emma Rouault de son nom de jeune fille, était la fille d’un paysan normand, veuf depuis des années, propriétaire de la ferme des Bertaux. Âme romanesque, elle avait lui pendant son enfance « Paul et Virginie » (roman pastoral de Bernardin de Saint-Pierre, présentant l’amour innocent de deux enfants au milieu de la nature luxuriante des tropiques). Plus tard, élevée dans un couvent où tous les soirs, avant la prière, on faisait une lecture religieuse, elle a développé une âme sentimentale, aspirant à la vie dans des châteaux du Moyen Âge, résultat de ses lectures de Walter Scott. À cause de cette « intoxication romanesque » et comme la vie dans la ferme de son père était monotone, elle n’aspirait qu’à échapper à la vie rustique, et, quand l’occasion s’est présentée, elle a épousé Charles Bovary.

Charles Bovary est médecin de campagne, ou plus exactement, un officier de santé, à Tostes, médiocre et insignifiant, lui-même devenu veuf après la disparition de sa première femme. Mais Emma était toujours insatisfaite. Alors, elle essaie de se réfugier dans l’amour. Ce n’est pas l’amour qu’elle rencontre, mais bien deux aventures banales qui la laissent humiliée.

Croyant vivre un véritable roman d’amour, elle tombe toujours plus bas. Avide de luxe, oubliant ses devoirs de mère et de femme, Emma est obligée de signer des traites, des dettes à l’insu de son mari. Incapable de les payer, menacée par le créancier, étant à la veille d’une catastrophe, pour éviter la honte de la saisie, elle s’empoisonne avec de l’arsenic.

L’agonie d’Emma est atroce, avec un art inimitable, vivant pratiquement les souffrances de son héroïne, Flaubert décrit, avec des détails son agonie.

Le désespoir de Charles est vraiment émouvant. Il meurt sans avoir jamais pu se consoler de la perte de sa femme.

Après la mort d’Emma, la ruine totale se précipite sur sa famille. Charles, après avoir découvert les preuves de la trahison de sa femme, mourra peu de temps après elle, tandis que sa fille, Berthe, orpheline et pauvre, sera obligée de gagner sa vie dans une filature de coton. Monsieur Homais, image de la bêtise et de la suffisance bourgeoises, pharmacien, qui exerçait illégalement de la médecine, continue une carrière brillante et recevra la croix d’honneur.

Grâce à cette œuvre magistrale de Flaubert, grâce au portrait de son héroïne, la langue française s’est enrichie d’un terme nouveau, le bovarysme, qui signifie justement cette insatisfaction romanesque consistant à vouloir s’évader de sa condition en se créant une personnalité idéalisée, exactement comme l’avait fait l’héroïne de son roman.

72 views

Colegiul Național „Ion Creangă”, București

  • Instagram